Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /


Chères et chers "Anciennes et Anciens" BTS aménagements paysagers du lycée horticole de Saint-Germain-en-Laye ce lieu est le votre. Dans cette rubrique Témoignages des Anciens "BTS aménagement" , vous ferez profiter aux étudiant(e)s actuel(le)s, à des parenst, à des lycéens de votre expérience en présentant vos parcours. Ils pourront ainsi se rendre compte des débouchés possibles en matière de poursuite d'étude ou de métiers après le BTS.

Ce lieu vous permettra également de tisser un véritable réseau professionnel en sachant ce que sont devenus professionnellement parlant vos "semblables". Tous vos témoignages sont "retouchables" il suffit de m'en envoyer un nouveau (au format word ou texte) et je le mettrai en ligne

Je profite de cette page pour vous faire savoir que je suis friand de document techniques utilisables en support de cours (pour du D44 / D43 / D42): plans d'arrosage, de plantation, de masse, topographique, coupes techniques, de principe; perspective; CCTP; photos de chantiers; etc... Bien sûr je ne parle pas de documents confidentiels ou chiffrés mais d'éléments libres d'utilisation donc merci d'avance pour vos contributions futures pour les BTS de Saint-Germain.



Cogihortis



Sébastien Argant

LA TERRE FERME
paysagistes dplg
9 La Place
44170 Vay
Tél. : 09 62 20 80 45

sebast copie
 

 

- 1985- 1987 BEPA jardins et espaces verts à Roville-aux chênes (88)

- 1987- 1989 BTA jardins et espaces verts à Roville-aux chênes (88)

- 1989- 1991 BTS pépinière et entreprise de jardin à St Germain-en-Laye

-  1994-1999 paysagiste DPLG à l’école du paysage de Versailles

-  co-organisateur de la rencontre européenne des étudiants du paysage sur le thème « une expérience de voyage du paysage à l’assiette »

-  1999 jusqu’à aujourd’hui enseignant en jardinage avec l’équipe du département écologie de l’école du paysage de Versailles

- 2000 statut libéral

- 2001-2005 temps partiel chez Bernard Brémond, aménageur à Nantes

- depuis 2006 enseignant vacataire à l’école d’architecture de Nantes

-  2010 SARL LA TERRE FERME avec Laurence Robert pour continuer à œuvrer dans le paysage, l’urbanisme, le conseil, l’art, la recherche et la création.

 

L’histoire continue avec plein de belles rencontres, des partages toujours enrichissants, des difficultés pas toujours faciles à dépasser, mais toujours de quoi rebondir aux hasards du chemin. Tout n’est pas prévisible, rien n’est donné, mais l’envie peut permettre de dépasser bon nombre d’obstacles.

Je voulais être pisciculteur après la 3èmeparce que j’aimais bien aller pêcher l’étang de mon grand père et que l’on m’orientait volontiers vers une filière technique vu mon faible niveau d’enseignement général. Une dame de l’école de Guérande, seule école de pisciculture à l’époque, m’a dit que c’était difficile et qu’il fallait avoir du patrimoine. Elle me conseillait l’ostréiculture (élevage d’huîtres). Le patrimoine à 15 ans, c’est pas facile à comprendre et çà fatigue tout de suite à entendre comme argument. Les huitres, j’aime bien, mais en Lorraine, ça fait un moment que la mer s’est retirée. Bref, aujourd’hui, je ne suis pas pisciculteur, j’aime toujours les huîtres, je vais toujours vidanger l’étang de mon grand-père, je suis paysagiste, et je partage mon expérience dans différentes écoles dont celle du paysage qui me paraissait irréelle et inatteignable.

St Germain à fait parti d’une des marches à passer pour prétendre au concours. C’était la plus difficile parce que toujours médiocre en français et mathématiques. Mais quels souvenirs de fêtes et de chantiers avec une tribu de promo des plus folles jusqu’à suivre un âne à nous faire aller en Floride…

Ce que je ne savais pas dans le métier de paysagiste, surtout lorsque l’on entreprend et en maîtrise d’œuvre de surcroît, c’est qu’il y a 90% de papier pour 10% de réalité. Alors, soit on prend goût au papier en lui donnant une qualité qui dépasse l’idée même de la contrainte : le goût d’écrire, de faire une belle image, une mise en page qui va changer le monde, soit on invente toutes les solutions pour en faire moins et privilégier l’action directe, le chantier. Tout est à inventer. Le paysage change.  Ceux qui l’habitent, le décident et le transforment depuis le néolithique. Sans rien faire même, on peut dire qu’il change, au moins depuis la dispersion de la pangée. Et curieusement, à chaque fois que l’on remue la terre des pierres remontent à la surface ?!…

 


 

Rémi DEPLACE

 

Coordonnées professionnelles:

PINSON paysage, 13 avenue des Cures, 95580 ANDILLY

Téléphone de l'entreprise: 01 34 16 61 01,

Téléphone portable: 06 03 16 87 16

 
Coordonnées personnelles:

06 82 63 42 45, remi.deplace@laposte.net

 

Diplômes:

1997 BAC Scientifique spécialité Mathématiques, Lycée Clemenceau à Villemomble (93)

1997-1998 Math Sup validée, Lycée d'Arsonval à Saint-Maur (94)

1998-2001 Deug sciences de la matière et licence physique, faculté de Jussieu à Paris (75)

2001-2003 BTS Aménagements Paysagers option gestion de chantier, Lycée horticole de Saint-Germain-en-Laye/Chambourcy (78)

 

Cursus professionnel:

Septembre 2003 Embauche chez PINSON Paysage en tant que chef d'équipe par mon ancien maître de stage (stage final de BTS de 8 semaines) dans le secteur travaux neufs.

Je suis une personne de l'entreprise qui doit réaliser les aménagements paysagers de différents clients: privés et publiques. Je suis sur le terrain pour assurer la réalisation de projets d'architectes paysagistes, l'encadrement d'ouvriers qualifiés ou non et de sous-traitants suivant les besoins des chantiers, ainsi que l'achat de matériels, de matériaux et la commande d'engins de chantiers.

 

Mon métier consiste à:

être en relation avec un conducteur de travaux qui m'attribue des chantiers, me fournit les documents nécessaires à leurs élaborations et discute avec moi des différents moyens à mettre en œuvre avant de commencer les chantiers et durant la réalisation, ainsi que l'élaboration de planning de travaux

être en relation avec la maîtrise d'œuvre et la maîtrise d'ouvrage (les clients) lors des réunions de chantiers (le conducteur de travaux étant présent), pour une meilleure réalisation des chantiers (imprévus, travaux supplémentaires, délais, ...)

être en relation avec mes ouvriers, connaissance approfondie des compétences de chacun, responsabiliser et apprendre des tâches que doit savoir réaliser un chef d'équipe pour faire évoluer ses ouvriers

respecter les aménagements à réaliser, quand cela n'est pas possible suivre au maximum l'esprit de l'aménagement, rendre sur plans les modifications des aménagements au bureau d'études de mon entreprise pour la réalisation des plans de récolement que l'entreprise doit fournir à la maîtrise d'œuvre à la fin de chaque chantier

signer des situations de chantier utiles pour la facturation (service de comptabilité de l'entreprise)

 

Ce qui me plaît dans mon métier:

être en extérieur, ne pas être toute la journée enfermé dans un bureau

être en contact avec des personnes de différents milieux (maîtrise d'œuvre et d'ouvrage, ouvriers, conducteurs de travaux, fournisseurs, ...)

organiser mes chantiers pour arriver à l'objectif final, obtenir des bénéfices

 

Ce qui en fait un métier dur:

le temps très aléatoire (prévision des tâches à effectuer sur les chantiers, ...)

le mauvais temps (pluies continues, gel et neige en hiver, ...)

la difficulté de coordonnées nos actions sur les chantiers avec les entreprises de différents corps d'état

 

Qualité à avoir pour ce métier:

avoir un minimum de logique,

avoir de bonnes connaissances techniques (théorie et pratique)

savoir gérer son propre personnel et ses sous-traitants

prévoir à l'avance l'organisation de ses chantiers (approvisionnement des fournitures, commandes et achats de matériels, ...)

bien s'entendre avec ses supérieurs, savoir être à l'écoute ainsi que proposer des solutions aux problèmes rencontrés sur les chantiers

rigueur et flexibilité

 


 

 Romuald Breton

Quintessence

Section Goyave 97190 Le Gosier P5140016

(GWADELOUP)

email : quintessence.formateur@live.fr

 

Ka ou fé France la !!!!

Eh oui c’est possible de vivre sous les tropiques et d’exercer le métier !!!

Certes il fait très très chaud et la douceur locale ne fait pas que désaltérée, mais comme on dit ici « Tchimbé raid pas moli !» qui veut dire : euh !!! « tiens bon !» voilà.

 

Bon c’est vrai que ce n’est pas facile tous les jours, effectivement c’est l’été toute l’année ici, la mer est à 29°C, l’air à 31°C et le ti-punch à 50°.

Il y a des vagues pour surfer tous les jours, une eau claire rempli de langoustes pour la chasse sous-marine, la montagne et son parc naturel pour ce balader au milieu d’une flore exceptionnelle et diversifiée, le carnaval pour s’émerveiller, etc etc. 

Plus sérieusement, cela fait 2 ans maintenant que je vis en Guadeloupe, vous l’aurez compris, et j’y exerce en libéral. Mais ne vous y trompez pas, derrière ces allures de paradis, la vie ici n’est pas si simple, surtout lorsqu’on ne travail pas.

 

Quintessence :

En arrivant aux Antilles, j’ai rapidement crée une micro-entreprise, mon activité principale est Formateur. Je donne donc essentiellement des cours d’aménagements dans les différents CFPPA aux quatre coins de l’île, en tant que prestataire. Ce qui m’assure un revenu confortable.

Dernièrement j’ai été contacté par un hôtel 4 étoiles, svp !, pour réaménager (projet et suivi de chantier) l’ensemble de ses espaces verts. Cerise sur le gâteau, cet hôtel accueillera l’arrivée de la route du rhum 2010. Alors au boulot !

Avant d’en arrivée là, et ce n’est pas une fin en soit, j’étais enseignant au LEGTA de St Germain en Laye, durant près de 6 ans, eh oui c’était moi le prof de macho et de D42 (logique !? non !).

A ceci précède une longue carrière de 2 ans en tant que chef d’équipe dans une entreprise d’espaces verts en région parisienne.

 

Mes diplômes :

Ma plus grande frustration est de ne pas avoir tentée le concours de l’ENSP de Versailles, après mon BTSA AP.

Mais bon pour un cas désespéré, comme on me le disait trop souvent au collège, je m’en sors pas trop mal avec dans ma besace : un BEPA TP, un Bac pro TP, un BTSA AP et un Master1 formateur en paysage et aménagement de l’espace.

 

Voilà c’est à peu près tout, ce qu’il y a à dire, bon bonne journée à vous, je me dépêche parce-que aujourd’hui lundi, j’ai un rendez-vous boulot en fin d’après-midi, mais comme il y a une grosse houle du nord de 2,5m à surfer sur Anse-Bertrand, je ne voudrai pas être en retard!

 « Tchimbé raid pas moli !»




Vanessa Izquierdo

 

Après le BEPA et BAC PRO, (tous deux en aménagement paysager) en région lyonnaise, j'ai intégré l'école de saint germain pour passer un BTS et poursuivre cette filière qui me plaisait vraiment.

Ensuite, j'ai poursuivi mes études à l’école supérieure d'architecture des jardins à Paris, pendant 4 ans pour obtenir un diplôme d'architecte paysagiste.

Tout au long de ces dix années d'études (eh oui, le temps passe vite quand on fait quelque chose qu'on aime!) j'ai eu la chance de faire beaucoup de stages en entreprises et agences de paysage.

J'ai donc concrétisé mes choix en me tournant plutôt vers la réalisation que vers la conception.

Depuis 5 ans, je travaille au service études et réalisations (direction de l'environnement) pour la ville de Nanterre.

Je dispose d'un budget pour réaliser des aménagements très diversifiés sur tout le territoire Nanterrien, de la conception, à la réception des travaux, en passant par la concertation avec les autres services de la ville, les habitants et partenaires, mais aussi tout le côté technique et financier de l'aménagement en partenariat avec les entreprises, les pépinières et les jardiniers.

J'ai plus de plaisir à organiser et suivre la réalisation de l'aménagement sur le chantier, choisir les végétaux en pépinière, travailler en étroite collaboration avec les entreprises pour mener à bien le projet.

En plus d'être très enrichissant car on rencontre beaucoup d'interlocuteurs, de tous horizons, le travail en collectivité territoriale, me permet d'organiser mon temps de travail pour profiter au mieux de mon fils et de mes proches.

 



JACQUES Clémence 

 

 Coordonnées pro :

Atelier Alfred Peter - 15, av. de la Paix - 67000 STRASBOURG

03.88.32.57.56 (me demander)  -  jacques@alfredpeter.fr


Coordonnées perso :                      

06.16.80.29.72 - clem.jacques@hotmail.fr                   


Diplômes :

 

2001 BAC STAE Tam à La Saussaye, Chartres (28) (Sciences et Technologies de l’Agronomie et de l’Environnement, Technique des Aménagements)

2003 BTS Aménagements Paysagers, Option Graphique au Lycée Agricole et Horticole, St Germain-en –Laye (78)

2006 Ingénieur en Architecture du Paysage dans la HES SO Lullier, Genève, Suisse

Cursus professionnel :

  2006-2007 : Agence Les Architectes du Paysage à Archamps (Haute-Savoie), employée comme chargée d’études.

Mon travail portait principalement sur des projets de propriétés privées de prestige, des aménagements d’espaces publics et des concours, en collaboration avec le chef d’agence, de l’esquisse jusqu’aux phases PRO/DCE/EXE et le suivi/collaboration avec les différents partenaires impliqués dans les projets. Jai également eu une approche communication/gestion par le développement d’une charte graphique et la mise en place d’un dossier de références pour l’Agence.

  2007-2008 : Communauté Urbaine de Strasbourg, Service Programmation et Conception Urbaines à Strasbourg (Bas-Rhin), employée comme paysagiste infographiste.

J’ai élaboré des plans guides et plans de quartiers, des supports graphiques (cartographies, dossiers de présentation, plans, schémas d’organisation…) et j’ai également participé aux séances de travail et de réflexion sur des futurs aménagements de quartiers aux côtés d’architectes, paysagistes et urbanistes.

 

2008- : Atelier Alfred Peter à Strasbourg (Bas-Rhin), employée comme dessinateur projeteur. Je suis actuellement encore dans cette agence. Mon travail porte sur le projet de Tramway de la Ville de Dijon. En collaboration avec mon chef de projet et les différents services d’un bureau d’ingénierie,  je suis ce projet depuis la phase AVP jusqu’au rendu du PRO. Mon rôle est de réaliser les plans, suivre les réunions Maîtrise d’œuvre et d’être un ‘’relai’’ entre mon agence et les partenaires localisés sur Dijon.

 

Mon métier…

Diversité par le développement de différentes phases (esquisse, AVP, PRO, DCE, EXE) et différentes échelles de projets (territoire, projet urbain, jardin de particulier…)

Travail en équipe et avec divers corps de métiers liés au paysage (architectes, urbanistes…)

Approche graphique (infographie et dessin à la main se complètent très bien !)

 

en quelques mots :

Autonome, dynamique, adaptabilité, esprit d’analyse et de synthèse…, regard sur l’extérieur.

 


image002.jpg


Amélie COTHENET

Après un bac STAE aménagements paysagers, j’ai passé un BTSA Aménagements paysagers au LEGTA de Saint Germain en Laye en 2006. Malheureusement, l’aménagement paysager, est devenu nettement plus technique qu’au BAC. Je me suis donc tournée vers biologie végétale, j’intègre une prépa licence (à Poitiers) qui me permet d’obtenir ce diplôme de biologie générale (BGSTU) en 2 ans.

De retour de Poitiers, je mange par hasard avec mon ancien maître de stage qui me dit qu’un poste de technicien est à pourvoir, à la mairie, au service Parcs et Jardins. Suite à un entretien d’embauche, je suis engagée pour un an, en tant que contractuelle, je découvre un métier passionnant mêlant bureau et terrain. Mes lacunes techniques sont comblées par des recherches (catalogues, commerciaux, internet…) et de longues discussions avec mes collègues. Désormais, je dois acquérir une bonne connaissance de la fonction publique dans sa globalité afin de passer le concours de Technicien supérieur territorial et être ainsi titularisée. Mon poste demande de la vivacité, de la rigueur, une dose de poigne (eh oui c’est un monde d’homme), de l’imagination, une grande faculté d’adaptation et des connaissances dans de nombreux domaines : - marché public, -économie, - reconnaissance de végétaux …



Ingrid TOURNIER (Nom de jeune fille : REBOUX)image001.jpg

 

MES DIPLOMES

Après un baccalauréat scientifique obtenu en 1997, j’ai passé un BTS Aménagements Paysagers au Lycée Agricole et Horticole de Saint-Germain-en-Laye en 1999.

Ayant choisi de poursuivre mes études, j’ai réussi à intégrer après concours l’Ecole Nationale des Ingénieurs de l’Horticulture et du Paysage (ENIHP) d’Angers dont je suis sortie diplômée de la filière Paysage, option Etudes et Projets, en 2003.


MON PARCOURS PROFESSIONNEL

De Mars 2003 à Juin 2009, j’ai travaillé dans le bureau d’études VERT TIGE AMENAGEMENT. Après y avoir réalisé mon stage de fin d’études de 6 mois, j’ai été embauchée en tant que chargée de projet au sein d’une équipe de 4 personnes.

La petite taille de la structure m’a permis de réaliser des missions très polyvalentes : études urbaines, études paysagères, missions de maîtrise d’œuvre de la phase de conception jusqu’au suivi de chantier, missions diverses telles que la réalisation de la plaquette d’agence, le suivi de stagiaires, la participation aux jurys de BTS…

Aujourd’hui, suite à la liquidation de l’entreprise dans un contexte économique difficile, je suis à la recherche d’un emploi.

 

LES ATOUTS ET LES CONTRAINTES DE LA PROFESSION

Ce qui est passionnant dans ce métier, c’est de découvrir à chacune de nos missions de nouveaux sites d’études, des paysages et des villages dans lesquels on ne serait peut-être jamais allé. Dans ce métier la monotonie n’existe pas.

C’est aussi un travail valorisant humainement parce qu’il doit contribuer à améliorer le cadre de vie des habitants d’une ville, d’un village, d’un quartier ou d’un petit lotissement. Cela implique un travail passionnant sur le terrain au contact avec les élus et des représentants de la population (associations, scolaires…).

Par contre, le travail en bureau d’études est assez ingrat dans le sens où il demande beaucoup d’investissement pour très souvent peu de remerciements de la part des clients qui exigent toujours plus pour le même prix. A moins d’en faire le choix délibérément, il faut donc faire attention à bien gérer son niveau d’investissement pour se préserver une vie personnelle et sociale.

C’est aussi une profession mal reconnue et mal rémunérée qui peut amener à se décourager très vite si l’on n’est pas passionné par ce que l’on fait.

Après 6 années intenses passées dans un bureau d’études, je pense que l’on ne peut pas tenir le rythme imposé pendant une éternité. L’expérience acquise peut alors nous permettre de nous réorienter vers d’autres fonctions (conseil, enseignement, maîtrise d’ouvrage…).

 


 

Emilie FRUCHART

27 ans

emifru@hotmail.fr

 

Après avoir passé le BTSA au lycée agricole de Saint-Germain-en-Laye en 2004, j’ai poursuivi mes études dans l’aménagement mais en m’orientant vers l’urbanisme. J’ai d’abord intégré l’Institut Français d’Urbanisme (université Paris 8) puis fini ma formation à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble (la formation se fait là-bas en alternance).

J’ai donc commencé par travailler en tant qu’apprentie au service de l’urbanisme de la mairie de Lyon (3 semaines de travail à la mairie / 1 semaine de cours à l’Institut d’Urbanisme de Grenoble : pendant 1 an).

A la fin de mes études, plusieurs de mes camarades ont fait le choix comme moi de travailler dans des collectivités locales (communes, communautés de communes, département, région, etc.) ou dans des structures parapubliques (CAUE par exemple); d’autres ont préféré travailler dans le secteur privé (bureaux d’études, cabinet d’architectes, de paysagistes et d’urbanistes).

J’ai été embauché en janvier 2008 à la mairie de l’Isle Adam (Val d’Oise) pour travailler sur plusieurs projets : mise en valeur du centre ville, modification du Plan Local d’Urbanisme, gestion du patrimoine foncier de la municipalité. Je participe également à la « vie courante » du service urbanisme, c’est-à-dire au traitement des demandes de permis de construire, déclarations préalables et autres demandes d’autorisation d’urbanisme.

Après deux ans, j’ai interrompu le CDD que j’avais conclu avec la mairie de l’Isle Adam pour préparer les concours de la fonction publique et être titularisée.

 

Les points + de mon métier : le fait de travailler dans une petite collectivité m’amène à travailler sur des dossiers variés, ce qui n’était pas forcément le cas dans les grosses structures publiques où chaque agent est affecté à une tâche bien spécifique. Concrètement, je travaille avec des géomètres et des notaires pour la cession ou l’achat par la Ville de terrains, je rencontre des promoteurs et des architectes pour rediscuter leurs projets architecturaux, je renseigne et conseille le public dans leurs démarches administratives ; je règle les affaires contentieuses liées à l’urbanisme…

Les points – du métier : être titulaire d’un concours de la fonction publique. Il est très difficile de vivre en tant qu’agent contractuel dans la fonction publique dans le sens où une banque ne sera pas disposée à vous accorder un prêt pour l’achat d’un bien immobilier par exemple, un propriétaire ne signera pas non plus avec vous un bail sur plus d’un an ou deux, etc.

Travailler dans une collectivité territoriale signifie aussi qu’il faudra mettre en œuvre les décisions des élus, que celles-ci nous plaisent ou non.

 


 

Sylvain Chéron

Jardinerie De Montesson Paysage

52 bis Avenue Gabriel Péri

78360 Montesson

Tél. : 01.39.52.20.78

 

 

Salut, moi c’est Sylvain Chéron né le 12 Juillet 1977, j’ai passé 6 années au lycée agricole de Saint Germain en Laye. De 1993 à 1999 pour obtenir successivement un CAPA, BEPA, BTA et BTS.

A l’issus du cursus scolaire, service militaire, 2 ans chez Arboreta à Argenteuil en tant qu’ouvrier qualifié puis chef d’équipe

Aujourd’hui et depuis 7 années j’ai intégré à sa création une petite entreprise d’espace vert, en parallèle à une jardinerie indépendante. (Eh oui y’a pas que Truffaut !)

Je gère 4 personnes en création et entretien de jardins de particuliers (et ce n’est pas le plus simple !)

Mon activité : prise de contact, rendez-vous, chiffrage de devis, commandes, départ et suivi de chantiers, etc…

Accessoirement il m’arrive de participer aux examens au lycée de Saint-Germain mais là en tant que correcteur ! (bien moins stressant !)

 



 

Aurélie PERRIN

aurelieperrin@free.frAur-lie-Perrin.png

 

 

Après un bac scientifique j’ai passé BTS en aménagements paysagers au lycée agricole de ST-Germain-en-Laye en 2000. Après une année aux beaux arts de Versailles j’ai intégré l’école nationale supérieure d’architecture de Versailles et obtenu mon diplôme d’état d’architecture  en 2007.

Je travaille depuis la fin de mes études dans la même agence d’architectes à Paris dans le 8e arrondissement. C’est une petite structure dans laquelle j’évolue avec beaucoup d’autonomie. Mon travail d’architecte, et donc de maître d’œuvre, consiste à faire naître un projet (bâtiment de logements collectifs, de bureaux, d’établissement recevant du public..), de le penser, de le dessiner (grâce maintenant à l’outil informatique) et de le suivre jusqu’à sa réalisation. Les activités de l’architecte sont très diverses. Il intervient à tous les niveaux du projet : de la conception à la réalisation, en passant par les négociations avec les clients et les professionnels du bâtiment.

Mon précédent BTS me permet aussi d’intervenir dans la conception des espaces verts présents dans certains projets et ainsi d’avoir plusieurs « casquettes ».

C’est donc un métier passionnant mais aussi très prenant où il faut être polyvalent et prendre sans cesse des décisions parfois difficiles.



DUVAL MickaëlMickael-Duval.jpg

Conseil Général des Yvelines

Domaine de Madame Elisabeth

78000 Versailles

Email : mduval@yvelines.fr

Tèl : 06.31.71.21.66

 

 

Après 6 années passées à Saint Germain en Laye, en passant par un BEPA, BAC PRO et BTSA Aménagements Paysagers (Option bureau d’étude), je me suis tourné vers le secteur public.  Ambitieux de vouloir concourir dans une grande collectivité territoriale, j’ai réussi à faire mes premiers pas au Conseil Général des Yvelines. Grande nouveauté, le monde du travail, moins de vacances, plus de responsabilités, mais à force de travail et de persévérance, le bleu (jargon territorial) est devenu un agent à part entière. Concours de technicien supérieur territorial (niveau BTS) en poche, j’ai gagné ma titularisation. Aujourd’hui je suis chargé des études paysagères, ce qui veut dire que j’interviens dans la conception d’espaces verts sur la création de parc, de réhabilitation de collèges ou de construction départementales en collaboration avec des architectes. J’ai également la gestion d’un parc situé à Montesson (parc de 17ha).

 Soucieux d’évoluer dans ma carrière, je suis en préparation du concours d’ingénieur territorial afin de m’ouvrir d’autres porte.

 

 


 

Nicolas ROMAIN

Société JARDINS DE GALLYNicolas-Romain.gif

 Ferme de Vauluceau

78870 BAILLY

 Port : 06 63 33 63 84

 

Cursus scolaire : BAC STAE T.A., BTSA Aménagements

Paysagers, Licence Professionnelle : Option conducteur de chantier

Mon poste : Métreur-Chiffreur, JARDINS DE GALLY, service Bureau d’Etudes

Ancienneté dans l’entreprise : 2,5 ans

Profil du Poste : Métrés, RDV client, chiffrage (Devis), commercial, gestion de chantier.

Ce que j’aime : Nombreux contacts avec les client, Bureau d’études, service achat, fournisseurs, RDV extérieur.

Qualités métier : A l’écoute du client, rigueur, précis, responsable…

 


Romain-Faup-pelot.jpg

Faup-Pelot Romain


Tel : 0645336421 

Mail : faupi@hotmail.fr

Mon blog : http://faup-romain-paysage.over-blog.com/

 

   Après une formation au départ scientifique, j’ai réalisé un BTS en aménagement paysager au lycée horticole de Saint-Germain-en-Laye de 2003 à 2005.

Désireux de travailler en tant qu’architecte paysagiste concepteur, j’ai poursuivi ma formation à l’Ecole de Lullier, en Suisse, afin d’obtenir un diplôme d’Ingénieur en architecture du paysage, fin 2008.

 Ce cursus professionnel  m’a permis d’acquérir des connaissances dans de nombreux domaines évoluant autour de ce métier : en analyse de sites, en développement de concept d’aménagement, en urbanisme,  en technique de construction, d’entretien, en connaissance des végétaux, en communication orale et graphique...

Jusqu'à aujourd’hui, j’ai réalisé plusieurs CDD en tant que collaborateur d’architectes paysagiste, au sein de l’agence Valérie Patrimonio, architecte-paysagiste, Paris 14.

Ce poste me permet de participer à de nombreux projets, aux états d'avancement différents; esquisse, avant-projet, consultation d'entreprise, estimatif...et aux rôles très variés ; études urbaine, aménagements de parcs, de berges, réaménagements  d’espaces extérieurs de lycée, d’ensembles urbains, de parking...


 

Priscilla Rousseau

Services Techniques

Service Paysage & Environnement

8, avenue des Frênes

78180 Montigny-le-bretonneux

 Tel : 01.39.30.11.45 / Fax : 01.30.43.39.22

Mail :  p.rousseau@montigny78.fr

 

 

Je suis rentrée au Legta de Saint Germain en Laye en septembre 2001, pour intégrée une classe de Seconde Générale, option EATC (Ecologie – Agronomie – Territoire – Citoyenneté). J’ai choisi de poursuivre un Bac STAE, option Aménagements, obtenu en 2004 puis un BTS Aménagements Paysagers, décroché en 2006.

 

Novembre 2006, j’ai décroché un poste à la mairie de Montigny-le-Bretonneux au bureau d’étude paysage, poste où je suis toujours aujourd’hui…

Dernière arrivée et la plus jeune du service, j’ai du faire mes preuves pour m’intégrer à ce monde très masculin !  En parallèle, j’ai préparai le concours de technicien supérieur territorial (passage obligé pour gagner sa titularisation) que j’ai obtenu en décembre 2008.

Aujourd’hui, j’ai en charge le fleurissement de la commune, l’élaboration de décors événementiels,  les « petits » projets d ‘aménagement » (qui ne nécessitent pas de marché), la mise en place de marchés publics, le suivi de chantier et la gestion des équipes en fleurissement.

 

Entrer dans la fonction publique fut pour moi un choix judicieux car mon métier me permet de travailler avec et pour les habitants, en collaboration avec les différents services de la mairie, mais également avec des prestataires extérieurs variés.

Mon poste étant large, je n’ai pas l’impression de faire des tâches répétitives, ce qui est très motivant !  Et puis, avec un peu d’ambition, dans quelques années je pourrai prétendre à un poste d’ingénieur.

 


  Natacha Le Map

 Responsable service Espaces Verts de la ville de Gonesse

 Mail : nlemap@mairie-gonesse.fr

 Tél : 06 88 21 97 01


Je suis Natacha Le Map. Après mon BTS aménagements paysagers au lycée horticole de Saint Germain en Laye, j’ai poursuivi par une Maîtrise en Sciences et Techniques (MST) en Aménagement et Développement Territorial Durable pendant 2 ans pour terminé par un Master en Gestion et Protection de l’Environnement.

Ce Bac + 5 en poche, j’ai été embauché au sein d’Espaces, une association d’insertion par l’écologie urbaine (gestion différenciée) dans lequel j’avais effectué mon stage de MST. Responsable de 6 chantiers d’insertion, ce boulot était passionnant autant par la dimension social que par la logique environnementale poursuivi dans cette structure. Après 2 ans, j’ai voulu découvrir un autre milieu professionnel.

Je suis donc actuellement responsable du service Espaces Verts de la ville de Gonesse. Ce travail est bien plus passionnant que ce que je n’aurais imaginé. Mes responsabilités sont vraiment très diverses. Je gère à la fois les 25 jardiniers de la ville  qui entretiennent les massifs de fleurs et lesv plantations ainsi que plusieurs entreprises privées qui réalisent l’entretien des espaces verts, l’élagage, les travaux neufs…

Ce poste demande une qualité de management d’équipe en régie et d’entreprises privées. Il faut aussi s’adapter au fonctionnement d’une collectivité qui peut s’avérer quelquefois délicat car les  demandes des riverains, futurs électeurs,  doivent être prises en compte.

En poste depuis plus d’un an, je suis encore passionné par mon travail et loin d’avoir fait le tour et de me lasser.

 


  Elodie Matterne

contrôleur de travaux

emattern@cg92.fr

Après un bac technologique STAE option aménagements paysagers à Obernai (67), j’ai choisi de faire un BTS Aménagements paysagers (option D46) à Saint Germain en Laye ( promotion 2000-2002 ). Je fini mon cursus scolaire par une année de spécialisation à l’école DU BREUIL.

 

J’ai ensuite trouvé un poste de chef d’équipe pour la tournée des ambassades des USA. Au bout de 6 mois, j’ai eu l’opportunité de devenir  jardinier au Jardins d’Albert Kahn (Conseil Général des Hauts-de-Seine). Ayant passé les concours de la fonction publique territoriale, je suis aujourd’hui contrôleur de travaux et adjointe au responsable du parc de l’Ile Saint-Germain depuis trois ans.

 

 


Patxi BERHOUET

Société ARBRES ET PAYSAGES

20-22, rue du Marquis de Raie   Patxi-Berhouet.jpg

91000 COURCOURONNES

Portable professionnel : 06.75.00.84.62 

 

Formation :

1999-2001 : BAC STAE Option Aménagement / Lycée agricole d’HASPARREN (64)

2001-2003 : BTS Aménagement paysager Option D45 / LEGTA ST GERMAIN EN LAYE (78)

2003-2006 : Ecole d’ingénieur ITIAPE (Institut des techniques de l’ingénieur en aménagement paysager de l’espaces). En alternance avec la Société VOISIN Parcs et Jardins

 

Expérience professionnelle :

 Décembre 2006 – Juin 2009 : Conducteur de travaux (entretien et travaux neufs) : Société VOISIN Parcs et Jardins Agence de NANTERRE (92)

Depuis Juillet 2009 : Conducteur de travaux secteur entretien : Société ARBRES ET PAYSAGES COURCOURONNES (91)

Ma fonction actuelle consiste à gérer un portefeuille de 250 chantiers d’entretien avec un effectif moyen de 25 personnes . Nos client sont des particuliers, des résidences privées ou à vocation sociale, des entreprises privées (siège sociaux / entrepôts) et des communes. Mes missions quotidiennes sont diverses et variées. Elles se résument en quelques points :

Gestion technique : suivi et contrôle qualité des prestations, élaboration des plannings, suivi du matériel, approvisionnement des équipes en outillage ou diverses fournitures.

Gestion administrative : facturation, réponse aux courriers, mise à jour des tableaux de présence.

Gestion commerciale : élaboration des devis, rendez vous commerciaux avec clients ou nouveaux clients, gestion des litiges de chantier, rédaction de compte rendus.

Gestion économique : étude des rentabilités de chantier, étude des besoins en personnel, des investissements.

Management : embauche et débauche le matin et le soir, directives ou conseil à donner aux équipes, gestion des congés et des absences.

 

Ce qui me plait dans mon métier:

 - Le contact avec l’être humain, que ce soit le salarié, le client ou le fournisseur. J’apprécie énormément partager, échanger,communiquer avec les gens avec qui je travaille quotidiennement.

- Satisfaire le client par le biais d’une prestation de qualité menée de bout en bout  (de l’élaboration du devis, à la réception du chantier en passant par la phase réalisation des travaux)

 

Ce qui est le plus dur

- Gérer les hommes : savoir se faire comprendre, savoir se faire écouter, savoir se faire respecter. Car l’homme est à mon avis la chose la plus complexe à maîtriser dans notre métier.

- Les journées de travail sont longues

- Les réflexions de clients mécontents alors qu’on pense avoir bien fait.

 

Les qualités à avoir

- Rigoureux et organisé (la multiplicité des taches rend le temps précieux).

- Calme et posé (face au client et au salarié)

- Persévérant (lorsque l’on veut obtenir une affaire)

- Courageux (lorsque les incidents s’accumulent dans une même journée)

 


 

Hugues BELLAYER

L'ESPACE VERT

8 rue Esnault Pelterie

92100 BOULOGNE

0141101153

  Mél: h.bellayer@hotmail.fr

Commençons par le commencement!

 

Après avoir aidé mon grand-père dans son travail de cantonnier pendant plusieurs étés, j'ai décidé de m'orienté vers une formation horticole.

Inscription faite au Lycée de St Germain en Laye en 1993, j’ai  débuté par un BEPA suivi d'un BTA et conclu par un BTS en 1999.Après l'obtention et bardé de tous mes diplômes, je me suis mis à la recherche d'un emploi... ben oui! Les études j'en avais ma claque et je souhaitais rentrer dans la vie active!!!

J'ai donc mis le pied à l'étrier en faisant de l'intérim, histoire vivre d’autres expériences que celles de mes nombreux stages.

Puis vient ce jour où je suis embauché dans l'entreprise "L'ESPACEVERT".C'était le 3 novembre 1999! J'y suis encore aujourd'hui...eht oui déjà 10 ans, le temps passe vite!!!. J’ai débuté en tant que simple ouvrier paysagiste et ce malgré mes diplômes. Pourquoi? Tout simplement parce que: "Monsieur, vous n'avez pas assez d'expérience."

Pas de problème, il ne me restait qu'à prouver mes compétences. Je n'ai pas mis longtemps à gravir les échelons. Au bout d'un an, je suis passé Chef d'équipe et 4 ans après je suis devenu Chef de chantier.

Désormais, je suis toujours chef de chantier mais je seconde également mon employeur. Grande marque de confiance de sa part, c'est moi qui dirige la société lorsqu'il est en vacances ou absent.

Mes responsabilités:

- la planification de chantiers d'aménagement et de contrats d'entretien pour 3 équipes,

- la gestion des commandes et des stocks,

- l'étude de la rentabilité de chantiers,

- la prise de RDV et l'établissement de devis.

En fonction de nos chantiers, il m'arrive encore d'être sur le terrain et non pas que derrière mon bureau et mon ordi!!

Ce que j'aime dans ce métier, c'est la relation que l'on peut avoir avec notre clientèle et la satisfaire.

Pour certains, 10 ans dans une même société c'est beaucoup trop long mais moi je ne m'en lasse pas, et l'envie, la passion de mon travail sont les mêmes depuis mes débuts.

Et voilà terminé!!!


Antoine DEMANTKE  /  Créateur de NordScape    

 antoine DemantkéNordScape

58, Rue de Paris 92190 MEUDON 

Tél/Fax : 01 45 07 27 31

contact@nordscape.fr

www.nordscape.fr

Sortie en 2004  de Saint-Germain-en-Laye avec un BTS Aménagement Paysager, j’ai intégré l’ENSP (Ecole Nationale Supérieure du Paysage) de Versailles.

4 ans plus tard (en 2008) je suis diplômé paysagiste DPLG avec les félicitations du jury ! 

J’ai décidé de monter mon entreprise dés mon diplôme en poche. NordScape est née.

Je conçois et réalise des jardins de particulier tout en répondant à des concours avec des échelles et problématiques complètement différentes (de type Europan ou Chaumont-sur-Loire).

Pour plus d’informations n’hésitez pas à vous promener sur mon site.

 


 

Aurélie RIGAILL (nom de jeune fille : RATEL)

 

Ma formation

J’ai obtenu mon baccalauréat scientifique en 1999 et je suis entrée en BTSA Aménagements Paysagers au lycée agricole et horticole de Saint-Germain-en-Laye. Pour moi, cette formation en 2 ans me permettait de confirmer et de mûrir mon choix professionnel : devenir paysagiste.

Ce fût une bonne expérience…

Voulant poursuivre mes études, j’ai ensuite présenté deux concours :

- celui de l’Ecole Nationale Supérieure du Paysage à Versailles,

- celui de l’Ecole Nationale des Ingénieurs de l’Horticulture et du Paysage (INH).

Au cours du BTS, ma préférence s’est inversée. Au départ, je voulais poursuivre mes études dans la première école pour apprendre la conception, découvrir le milieu artistique…puis j’ai pris conscience que l’INH apportait des connaissances techniques et scientifiques qu’il serait difficile d’acquérir seule et qui convenait peut-être davantage à ma personnalité. Eh oui, en BTS, je me suis rendu compte que j’étais certainement plus une technicienne qu’une conceptrice !

 

Pas de chance, acceptée aux épreuves d’admissibilité des deux écoles, j’ai échoué aux épreuves d’admission (aux oraux en particulier).

Je suis donc partie en classe préparatoire post-BTS au LEGTA Le Rheu afin de préparer le concours C aux ENSA (Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie, dont l’Ecole Nationale Supérieure de l’Horticulture et d’Aménagement Paysager à l’INH) et ENITA.

Ce fut l’année la plus difficile de ma scolarité car il fallait quasiment rattraper le niveau des classe prépa classique en 8 mois et donc aller jusqu’à mes limites en capacité de travail. Heureusement, que la classe était composée d’anciens BTS qui n’avaient pas l’esprit de compétition mais plutôt d’entraide !

En tout cas, la classe préparatoire post-BTS fût une bonne préparation, puisque j’ai réussi les deux concours que j’avais présentés l’année précédente.

 

J’ai intégré l’Ecole Nationale des Ingénieurs de l’Horticulture et du Paysage (INH) à Angers en 2002 et je suis sortie diplômée de la filière Paysage en 2006. Certes, mon parcours scolaire a été plus long que mes camarades ayant intégrés l’ENIHP après un Bac S, cependant l’expérience concrète acquise en BTS m’a permis de mieux comprendre la finalité des enseignements en école d’ingénieur et d’intégrer plus rapidement les connaissances qui sont utiles dans le monde professionnel.

 

Ingénieur du paysage

Suite à mon stage de fin d’études qui a duré 6 mois, j’ai été embauché chez Techni’cité, bureau d’études techniques en aménagements paysagers, urbains et terrains de sports. Comme quoi, c’est important de bien choisir ses stages !

D’octobre 2006 à novembre 2009, j’étais chargée d’études, maître d’œuvre, en bureau comme sur les chantiers.

C’est un aspect plaisant de ce métier : être sur le terrain et en bureau.

Avant de démarrer une étude, il est important de se rendre sur le site.

 

Ensuite, le travail en bureau d’études techniques consiste à  réaliser des études techniques comme des plans d’assainissement, des calculs de terrassement, des détails techniques, en collaboration avec des concepteurs (architectes, paysagiste DPLG…). Toute la difficulté de ce métier est d’être à l’interface entre le client et le concepteur.

L’important est de respecter les demandes du client et les désirs artistiques du concepteur tout en assurant la faisabilité technique du projet!

 

Après réalisation du dossier d’appel d’offres contenant plans, Cahier des Clauses Techniques et Particulières (description des matériaux et de leurs mises en œuvre), Cadre de Décomposition des Prix Globaux et Forfaitaires…, le maître d’œuvre est chargé d’analyser les offres remises par l’entreprise pour donner son avis au client (Maître d’Ouvrage).

L’entreprise qui a été choisie exécute les travaux. Durant cette phase, je dirais que j’étais chargée de jouer le rôle de tampon entre entreprise(s), concepteur(s) et client(s). En effet, chacun a des objectifs différents et il s’agit souvent de trouver les meilleurs compromis, d’être le plus juste possible, de régler les soucis au plus vite afin que le chantier ne prenne pas de retard.


La diplomatie est une qualité nécessaire à l’exercice de ce métier !

En effet, lorsqu’il faut dire, par exemple, à l’entreprise qu’elle doit reprendre la pose des bordures car elles ne sont pas totalement alignées, il faut trouver le juste milieu entre le maître d’œuvre « autoritaire et détestable » et le maître d’œuvre « trop gentil »… L’expérience est le meilleur enseignement !

 

Mes impressions par rapport au métier

Chaque projet est unique. La monotonie n’existe pas dans ce métier.

A chaque fois, il faut trouver de nouvelles solutions techniques, innover et suivre l’évolution : nouveaux matériaux...

C’est un métier qui bouge. Je n’ai jamais vécu 2 journées semblables ; ce qui est passionnant. La contrepartie est l’énorme investissement autant intellectuel (trouver des solutions techniques), que physique (épuisant) et psychique (gérer ses émotions, l’aspect humain…). Donc, il faut faire attention à trouver son équilibre.

Je rejoins les propos d’Ingrid Tournier qui dit : « je pense que l’on ne peut pas tenir le rythme imposé pendant une éternité. L’expérience acquise peut alors nous permettre de nous réorienter vers d’autres fonctions (conseil, enseignement, maîtrise d’ouvrage…). »

Pour moi, aujourd’hui, il s’agit bien de me réorienter pour trouver mon équilibre.

 


 

Barbara DEKEYSER-COSSINET

Société ARALIA

7, rue des Oiseaux

28410 CHAMPAGNE

Port : 06 63 52 76 29

mail : barbara@aralia.fr

Le site www.aralia.fr  et la présentation en vidéo

 

 

J'étais à Saint Germain en BTS Pépinières et entreprises de jardins promotion 91/93. Oh lala le coup de vieux! Déjà dans la dénomination du BTS ensuite dans l'année.

En sortant avec mon diplôme tout neuf, j'ai cherché du boulot et devant le manque d'enthousiasme de la profession pour recruter des filles (ça a heureusement évolué depuis!) j'ai préférer rempiler. Une année de classe préparatoire au Rheu près de Rennes plus tard, j'ai intégré par le concours C l'école de l'INA-PG et première du classement avec ça. Ce qui prouve qu'avec nos formations BTS on peut quand même arriver à ré-intégrer les grandes écoles. Pour ceux qui ne le savent pas l'INA-PG c'est l'Institut National Agronomique de Paris Grignon.

Une année à Grignon, Une année à Paris puis une année en inter-école sur Montpellier, Rennes et Paris pour une spé 'Protection des Plantes'. En milieu de 2ème année j'ai eu la possibilité de continuer en apprentissage toujours à L'Ina et j'ai été recrutée par la Direction des Parcs, Jardins et Espaces Verts de la Ville de Paris pour 2 ans en tant qu'apprentie ingénieur.

 

En sortant, mes nouveaux diplômes en poche, j'ai intégré une petite société en Normandie qui faisait des prestations de traitements phytosanitaires en espaces verts à destination des collectivités locales, des grands infrastructures (SNCF, DDE, Conseils généraux) et des paysagistes. Du coup, plongée dans la gérance d'une TPE, contacts clients, établissement des prix, suivi des équipes (5 salariés), achats... J'ai dû comprendre très vite et apprendre le tout sur le tas car mon patron avait lui démissionné sur ces tâches. Expérience de 2 ans très dure à assumer mais super formatrice. 

 

J'ai fini par démissionner pour ma propre survie et intégrer une firme phytosanitaire qui avait un service application. Je me suis ainsi retrouvée à gérer les travaux sur l'Ile de France et tout le Nord de la France. Bêtement, je m'étais imaginée qu'avec une grosse structure, je n'allais plus souffrir des manques de moyens. C'était faux car là les budgets étaient plus gros mais il fallait tout négocier. Nouvelle âpre expérience.

 

Je démissionne une fois encore avec un projet : monter ma propre SARL.

Après tout, j'avais l'expérience de la gérance, un réseau de clients, une certaine reconnaissance dans la profession. J'ai donc monté en 2001 une petite société Aralia (et comme associé mon père). Après des difficultés de recrutement liées à la fonction (qui connait des applicateurs phytosanitaires et alternatifs autour de lui?), j'ai aujourd'hui une équipe de 4 salariés parfaitement au point. Nous travaillons dans les domaines du désherbage chimique ou alternatif, les soins aux arbres par pal-injection, traitement foliaire, lâchers d'auxiliaires et piégeages.

 

Evidemment, créer sa boite ça demande de la ténacité, un nombre d'heure de travail qu'il vaut mieux ne pas évoquer au début pour ne pas décourager les plus courageux, un investissement permanent dans la structure. On est loin de fonctionner comme à la télé avec des grosses voitures, un parc matériel à perte de vue. La réalité c'est d'être disponible pour les clients, ouverts pour les salariés et d'avoir un vrai projet qui nous donne le fil. Pour ma part, c'est de parvenir à concilier notre métier avec un vrai engagement environnemental. J'ai réussi à certifier notre système de management environn

emental Iso 14001 depuis juillet 2009 et j'en suis très fière. 

 

Pour résumer un boulot gratifiant qui vous donne les coudées franches, libre de vos choix mais qui vous laisse seul aussi et qui est très dur en terme de temps investi et de risque. En espérant que ça ne découragera pas les plus motivés!

 


Patricia BARTHELEMY

Direction Départementale de l’Equipement et de l’Agriculture du Val d’Oise

95000 CERGY

Tél pro: 01.34.25.24.94

Mail : pat.barthelemy@hotmail.fr

image001


Bon, d’accord, vilain petit canard, je ne suis pas issue d’un BTSA paysager mais d’un BTSA Horticole réalisé à Saint Germain, promotion 1991-1993, c’est grave docteur ??? C’est ensuite que je me rattrape : avoir côtoyé des paysagistes, j’avais bien envie de m’y lancer aussi, alors, après une classe prépa post BTS au Paraclet, j’intègre l’ENITHP (Ecole nationale des ingénieurs des techniques horticoles et paysagers) d’Angers, option Paysage. Trois années à apprendre les notions du paysage, du boulot, mais passionnant, grand projets, conception, seul regret, l’absence de pratique du terrain (plantation,…), et encore, avec un BTS horti je savais au moins manipuler un sécateur, ce qui n’était pas le cas le tout le monde !

Mon classement au concours m’a permis de financer mes études d’ingé en devenant élève fonctionnaire, en contre partie, 8 ans au service de l’Etat, ca fait long mais pourquoi pas ?? Autre déception : à la sortie on nous propose que des postes de prof et cela ne me tentais pas du tout ! Donc septembre 1997, me voilà en pleine Normandie en lycée agricole, chance, je suis dans le domaine du Paysage. J’apprends donc aux élèves de BEPA et BAC PRO l’histoire des jardins, l’analyse paysagère, la conception et le dessin, la reco avec des travaux pratiques. En fait, ce fut une très chouette expérience de 3 ans !

Ma vie personnelle m’a fait me rapprocher de la vie parisienne, j’avais le choix entre un poste d’enseignant BTS en paysage au lycée de St Germain et un poste en service déconcentré de l’Etat. Pour des raisons plus « pratiques » j’ai intégré la DDAF (direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt) en tant que responsable du bureau de l’Aménagement Rural et de l’Environnement. 8h par jour, ca change des 25 h semaine d’enseignement mais en fait, prof c’est plus fatiguant nerveusement ! Ce bureau traite l’aménagement du territoire sous l’angle de l’agriculture : comment concilier les besoins économiques agricoles et la protection des paysages (les 2/3 du Val d’Oise est en site inscrit ou classé avec 2 parcs naturels régionaux (PNR)).  On touche à l’urbanisme (instruction de permis de construire, participation à l’élaboration des plans locaux d’urbanisme (PLU), schéma de cohérence territoriale (SCoT), schéma directeur (SDRIF), charte des PNR…), à l’environnement (réserves naturelles, Natura 2000), et à un ensemble d’analyses territoriales (atlas du paysage, diagnostics territoriaux, grands projets…) auquel on apporte des éléments forêt, agricole et eau (qualitatif, quantitatif et réglementaires). Bref, un poste transversal qui mêle une partie bureau, cartographie, mais également terrain avec forcément des réunions sur ces différentes thématiques !

Aujourd’hui la DDAF a fusionné avec la DDE (équipement) pour donner la DDEA et cela bouge encore avec une refonte avec les préfectures. Bref, si le fonctionnaire a pu être un jour digne de sa réputation, je pense franchement que ce temps est révolu. Il existe une quantité de postes qui sont intéressants, mais il faut savoir s’adapter aux évolutions (et aux sigles !).

Les 8 ans dus à la fonction publique sont passés très vite et j’y suis encore ! Je ne vais pas vous faire le débat sur « vaut-il mieux entrer dans la fonction publique ou non », je peux juste vous dire que c’est une piste à étudier.

Partager cette page

Repost 0
Published by